Envie de vous sevrer de votre addiction à la cigarette sans grossir ? Bonne nouvelle, c’est possible !
Choisissez une  méthode de sevrage avec  maintien de la nicotine comme la cigarette électronique. Elle est un excellent alliée pour votre objectif minceur, notre diététicienne vous dévoile tous les secrets d’un arrêt de fumer sans prise de poids !

Pourquoi grossit-on lors de l’arrêt de la cigarette? Les effets de la nicotine!

Les effets de la nicotine sur la prise de poids

Pour ne pas faire du risque de grossir, un frein à l’arrêt de votre cigarette, il faut d’abord comprendre pourquoi on peut être amener à prendre quelques kilos en #balancantvotreclope.
Elles sont au nombre de 5… et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas dû à un manque de motivation. Mais c’est lié à des réactions de votre métabolisme.

  • Comme la caféine, la nicotine accélère le métabolisme et augmente la dépense énergétique quotidienne. Ainsi, une personne qui fume un paquet de cigarettes par jour peut brûler environ 250 kcal de plus qu’un non-fumeur.
  • De plus, la nicotine agit comme un perturbateur alimentaire sur le cerveau, agissant ainsi comme un « coupe-faim ». … Et donc, en cessant de fumer, la sensation de faim peut revenir. 
  • une autre raison : vous pouvez avoir envie de compenser le manque de tabac par la nourriture : pour la sensation de plaisir (manger active le circuit de récompense dans le cerveau de l’ex-fumeur, réprimant ainsi l’envie de « cigarettes ») ou pour le geste de porter quelque chose à la bouche, qui se substitue à celui d’y mettre une cigarette.
  • N’oublions pas que l’arrêt du tabac s’accompagne de la redécouverte des goûts et des odeurs. Cela peut nous rendre plus gourmand !
  • Enfin des chercheurs suisses viennent de le mettre en lumière.
    Lors de l’arrêt du tabac, des changements profonds dans la composition de la flore intestinale interviennent.  Cette nouvelle flore, plus diversifiée, favorise le stockage de l’énergie et favorise la prise de poids.
  • Après plusieurs années de cigarette, le corps a perdu sa méthode naturelle pour réguler l’apport en énergie. Lorsque vous arrêter de fumer, votre corps reconstruit petit à petit cette fonction et votre poids peut fluctuer pendant ce temps-là.

Comment la cigarette électronique va vous permettre d’arrêter sans grossir: la nicotine est votre meilleure alliée, encore!

Vous l’aurez compris, la prise de poids n’est pas inévitable en cas d’arrêt du tabac.
La vape peut devenir une formidable alliée pour franchir cette étape  :

 • Elle vous permet de maintenir une dose de nicotine, régulant ainsi en douceur les changements de votre corps sans prendre de poids.

• Vous gardez le fameux geste pour éviter de compenser le manque en grignotant…. Votre tour de taille en sera ravi !

• Enfin, vous pouvez profiter de la redécouverte des saveurs pour parfumer votre Vape, comme la « tarte tatin » ou le « Schtroumpf candy ». De quoi ravir vos papilles !

La cigarette électronique est votre meilleure alliée pour ne pas grossir lors de votre sevrage tabagique, facilement et naturellement grâce à une réduction progressive de la nicotine.

La preuve scientifique

Les avantages des cigarettes électroniques pour la prise de poids

Une étude italienne menée par Christina Russo de l’Université de Catalina a examiné les avantages des cigarettes électroniques pour la prise de poids. En comparant les trois groupes de fumeurs qui souhaitent arrêter, cela semble confirmer l’hypothèse de départ. Une étude publiée dans la revue Nicotine and Tobacco Research en 2016 a proposé cette hypothèse.

Elle a souligné le rôle de la nicotine dans la lutte contre les effets néfastes de la prise de poids associés au sevrage tabagique. Puis elle a émis l’hypothèse qu’un e-liquide contenant de la nicotine vous permettrait d’arrêter votre propre alimentation sans grossir. La nicotine est notre alliée. La prémisse de Russo est que la nicotine peut supprimer l’appétit. Par conséquent, arrêter de fumer et cesser de fumer entraînera une prise de poids en raison de changements métaboliques. Par conséquent, contrairement à d’autres méthodes de sevrage, la vape ne devrait pas entraîner de prise de poids.

Les résultats

Pour confirmer cela, 3 groupes ont été suivis durant leur sevrage tabagique pendant un an. Tous les participants ont adopté l’e-cigarette, avec des e-liquides dosés différemment en nicotine (teneur faible, moyenne ou élevée). Un groupe contrôle, utilisant une autre méthode de sevrage tabagique, sans recours à la nicotine, a également pris part à l’étude. Le poids de tous les participants à été mesuré au début de l’étude, à 12 semaines, à 24 semaines et à 52 semaines.

Les résultats sont parlants ! Dans le groupe contrôle, la prise de poids moyenne était de 2,4 kg à 12 semaines et de 2,9 kg à 24 semaines. A l’inverse, aucun gain de poids significatif n’a été constaté chez les vapoteurs. Ces résultats pourraient donc convaincre les fumeurs de se tourner vers une alternative, aussi saine que bénéfique pour leur ligne.

Source : https://www.nature.com/articles/srep18763#auth-1

Et si vous mettiez en place des techniques simples aussi pour continuer à activer votre métabolisme

Notre coach Diététicienne Sarah vous livre tous ses secrets.

Comment relancer son métabolisme à l’arrêt du tabac

relancer son métabolisme pendant le sevrage tabagique

Souvenez-vous, la cigarette est responsable d’une augmentation du métabolisme de base (c’est à dire que vous dépensez plus d’énergie lorsque vous êtes au repos, juste pour assurer le fonctionnement normal de votre corps : la digestion, la transformation des nutriments en micronutriments, le maintien d’une température corporelle optimale, la respiration…). Donc quand vous arrêtez de fumer, votre métabolisme revient petit à petit à son état normal : vous dépensez de moins en moins d’énergie et donc vous êtes plus exposés à la prise de poids.
Heureusement, il existe des techniques simples pour continuer à activer son métabolisme, même en arrêtant de fumer :

Bouger pendant la journée :

Des petits mouvements en plus de vos activités habituelles suffisent à activer la dépense énergétique (prendre les escaliers plus souvent, réaliser des petits déplacements à pied entre les heures de travail au bureau, marcher 30 minutes par jour…), ce sont ces petits efforts qui vont vous permettre d’augmenter votre masse musculaire et donc de dépenser plus au repos… Les muscles sont énergivores !

Gérer son stress :

Au plus le stress prend de la place dans votre vie, au plus votre métabolisme fonctionne au ralenti… Sécrété en dose normale, le cortisol (hormone du stress)  peut vous aider à dépenser plus d’énergie. Mais en surabondance (pendant les longues périodes de stress), votre corps aura besoin de plus d’énergie pour le surmonter et fera davantage de réserves.

Manger en quantité suffisante :

Que se passe-t-il quand vous contrôlez trop votre alimentation et que vous ne mangez pas à vos besoins ? Votre corps se met plus facilement en mode  » stockage  » pour assurer sa  » survie  » car vous ne lui apportez pas assez de nutriments essentiels. Veillez donc à manger à votre faim et à écouter vos sensations alimentaires à chaque repas !

Bien dormir la nuit :

Un sommeil insuffisant peut perturber le fonctionnement de vos hormones de faim et de satiété. Il se peut que vous ayez plus de fringales dans la journée à cause d’un sommeil non réparateur. Une bonne raison pour se coucher plus tôt le soir est d’ éteindre son portable 30 min avant le coucher.

J’ai + d’appétit à l’arrêt du tabac… que faire ?

Manger lentement :

il faut en moyenne 20 minutes de temps de repas pour que le cerveau enregistre qu’il y a eu une prise alimentaire et percevoir que nous sommes bien rassasiés : c’est à ce moment-là qu’il va déclencher la sécrétion de l’hormone de la satiété pour arrêter la prise alimentaire. Si nous mangeons trop vite, le cerveau n’a pas le temps de recevoir cette information et nous aurons tendance à manger beaucoup plus que nécessaire, au risque de prendre du poids.
Écouter ses sensations alimentaires : c’est aussi important que prendre le temps de manger. La faim n’a généralement pas de difficulté à être perçue : creux dans l’estomac, baisse d’énergie, gargouillis… On peut parfois confondre  » faim  » et  » envie de manger  » :

La faim survient la plupart du temps avec l’envie de manger. Mais l’envie de manger peut aussi se manifester sans la faim. Ces envies ne sont pas problématiques lorsqu’elles surviennent de temps en temps (et qu’elles sont assouvies). Mais elles peuvent devenir un facteur de prise de poids lorsqu’elles se présentent trop souvent. C’est généralement le cas quand les émotions sont très fortes et prennent beaucoup de place dans votre vie : dans ce cas on cherche les causes de ces envies et on essaie de travailler sur son rapport aux émotions qui provoque ces envies de manger (notamment avec l’aide d’un professionnel de santé ! ).

Le rassasiement est moins évident à identifier. L’un des signes majeurs est l’impression de perte de saveur de ce qui nous semblait délicieux au début du repas et la diminution de l’envie de manger. Quand le plaisir disparaît, il est temps de s’arrêter.

Fractionner ses repas :

À la place de faire 2 ou 3 repas sur la journée, vous pouvez couper votre petit déjeuner en 2 pour placer une collation en milieu de matinée. Idem pour votre repas du midi : au lieu de prendre votre dessert tout de suite après le repas, vous le décalez à 16h par exemple. De cette façon, vous ne perturbez pas votre équilibre alimentaire et votre apport énergétique journalier. Cette technique permet d’éviter les fringales et donc le grignotage compulsif entre les repas. Ainsi, vous aurez aussi moins faim au moment du déjeuner ou du dîner et vous mangerez plus raisonnablement.

Maintenir une hydratation suffisante :

Et oui, parfois on peut confondre faim et soif entre les repas, pensez à toujours prendre votre gourde avec vous à l’extérieur pour vous obliger à boire régulièrement et atteindre facilement 1,5L à 2L par jour. Lorsque vous pensez avoir faim entre les repas mais que vous n’en êtes pas certain, buvez dans un premier temps un grand verre d’eau, une infusion ou une eau aromatisée maison. Et si cette sensation disparaît, il s’agit bien de la soif ! Si c’est de la faim, prenez alors un encas équilibré (pain, fruit, produit laitier, muesli…).
Attention le thé et le café ne sont pas comptés dans le total hydrique car ce sont des diurétiques !

Flore intestinale bien entretenue = meilleure gestion du poids

A l’arrêt du tabac, la composition de la flore intestinale est modifiée avec le développement de nouvelles bactéries qui peuvent favoriser une prise de poids. Voici des astuces pour garder une flore intestinale bien équilibrée et riche en bonnes bactéries, favorables à un fonctionnement optimal du corps :

Augmentez votre consommation de probiotiques :

les probiotiques sont des bactéries ou des levures (micro-organismes vivants) présentes naturellement dans notre corps et dans notre alimentation. Elles sont indispensables à la santé humaine en participant à différentes fonctions : immunité, digestion, production de certaines vitamines… Au plus il y aura de souches et de diversités de probiotiques différents dans notre corps, au mieux il pourra optimiser son bon fonctionnement.
On trouve des probiotiques dans tous les aliments fermentés : fromages, yaourts, légumes fermentés (type choucroute), pain au levain, kombucha et kéfir (boissons fermentées), cornichons…

Pas de probiotiques sans prébiotiques ! 

En effet, les bactéries probiotiques se nourrissent de prébiotiques : les prébiotiques sont des aliments qui nourrissent les bactéries bénéfiques présentes dans notre intestin, leur permettant ainsi de se développer. La consommation régulière de fibres prébiotiques contenant des glucides complexes nous aide à rétablir l’équilibre au sein de notre microbiote. Ils sont issus principalement des végétaux.
Voici les principales sources alimentaires de prébiotiques : les fruits et les légumes, les céréales complètes (type pain complet, pâtes complètes, semoule complète, farine complète…), les légumes secs (pois chiches, lentilles, haricots rouges, flageolets, pois cassés, fèves…), les oléagineux (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, noix du Brésil, pistaches, cacahuètes…) et enfin les graines (tournesol, chia, courge, lin, sésame…). 

Retrouver notre diététicienne en live si vous avez encore des questions : c’est par ici
Pour un accompagnement personnalisé au sevrage tabagique, venez découvrir la méthode Cigusto pour arrêter de fumer sans frustration !